L’histoire de la rue Sparks

En 1821, Nicholas Sparks, originaire du comté de Wexford, en Irlande, travaillait sur la ferme de Philemon Wright quand il eut l’occasion d’acheter un lot de 200 acres (comprenant un chalet et le mobilier de base) à John Burrows Honey. Sans même avoir vu la propriété, qui se trouvait du côté du Haut‑Canada de la rivière des Outaouais, M. Sparks emprunta 95 livres sterling à Philemon Wright pour en faire l’achat.

En réclamant sa propriété, M. Sparks fut consterné de constater que la terre, un endroit stérile et désolé, avait peu de valeur. La terre surplombait la rivière des Outaouais et l’on y trouvait principalement de la pierre calcaire, recouverte d’à peine quelques pouces de terre végétale pauvre. Les quelques arbres et buissons chétifs qui s’y trouvaient poussaient dans les crevasses de la pierre calcaire, et la propriété n’avait aucune utilité agricole ni valeur pratique évidente. Ce terrain, le lot C de la concession C du canton de Nepean, couvrait une grande partie de l’actuel centre‑ville d’Ottawa; aujourd’hui, on peut délimiter ce lot par la rue Wellington au nord, par l’avenue Laurier au sud, par l’avenue Bronson à l’ouest et finalement, par la rue Waller à l’est, au-delà du canal Rideau, dans ce qui est aujourd’hui le quartier Côte‑de‑Sable. À l’époque, son voisin du sud était le colonel By, dont le lot est désormais le cœur du centre commercial d’Ottawa.

Carte dessinée par Lord Dalhousie vers 1824. On y voit le terrain qu’il a acheté pour le gouvernement (marqué « Government purchase »), les lots appartenant à Nicholas Sparks et au capitaine Lebreton et, de l’autre côté de la rivière, Wrightstown. – Bibliothèque et Archives Canada, C16156

En 1826, le colonel John By arriva dans la région pour construire le canal Rideau et y établir une petite ville, et il s’avère que la propriété de M. Sparks se trouve pile dans les limites planifiées de cette nouvelle agglomération. Il fit don d’un bout de terrain pour qu’on y construise le canal et qu’on y développe l’agglomération qui sera plus tard connue sous le nom de Bytown. En 1836, il parvint à vendre de petites parcelles de terrain pour la construction de nouvelles maisons et d’entreprises. Au fil des ans, il tenta de faire de sa propriété le centre commercial et administratif de Bytown en y installant un marché et des bâtiments civils, qui firent de M. Sparks un riche propriétaire foncier et un homme d’une grande influence dans cette nouvelle collectivité. La rue qui porte aujourd’hui son nom est située sur le terrain qu’il possédait et où il vivait. (Source : Bytown.net) 

Ci-dessus : Carte d’ordonnance de 1853. Source : passageshistoriques-heritagepassages.ca

Nicholas Sparks s’est éteint le 27 février 1862, à l’âge de 68 ans. Le Citizen rapporte qu’il était un ami chaleureux et fidèle, et que sa parole était aussi solide que les liens qu’il entretenait. Il accordait beaucoup d’importance à l’honnêteté et valorisait ceux en qui il l’avait trouvée. Nicholas Sparks a construit une magnifique maison en pierre de style géorgien en 1830, demeure qui était située près de ce qui est aujourd’hui l’angle nord-ouest des rues Sparks et Lyon, son entrée principale faisant face à la rue Wellington et à la rivière des Outaouais. (Source : apt613.ca)

Sa demeure, construite en 1830, a été démolie en 1954.

Sa demeure, construite en 1830, a été démolie en 1954.

OTTAWA  CANADA

100, rue Sparks, bureau 200

Ottawa, Ontario  K1P 5B7

Tél. : 613-230-0984

Courriel : events@sparkslive.com